Témoignage #7 – May, expatriée à Montréal depuis plus de deux ans

Tous les crédits photos reviennent à May. Le design et la personnalisation des photos ont été réalisés par moi-même, à l’aide du logiciel Procreate sur l’iPad.

Bonjour à tous!

On se retrouve aujourd’hui pour le septième témoignage d’expatriés au Canada. Le but est de mettre en avant des personnes ayant chacune des expériences et des histoires différentes à raconter. Je trouve ça tellement intéressant d’en savoir plus sur le parcours de toutes ces personnes qui décident de tout quitter pour venir vivre l’aventure canadienne, et j’espère que ça vous plait aussi.

Aujourd’hui, c’est au tour de May de nous raconter son expérience. Arrivée en PVT il y a plus de deux ans et maintenant en permis fermé avec son employeur, elle compte bien rester au Canada pour les années à venir. Elle partage d’ailleurs les différentes étapes de son parcours au travers de son blog et de son compte Instagram, avec douceur et bienveillance. Maintenant que vous êtes allés la suivre sur ses réseaux sociaux, je vous laisse avec la suite de l’article pour en découvrir davantage sur elle, son parcours, son expérience, sa vie au Québec et ses projets à venir.

Parle-nous un peu de toi. Qui es-tu? D’où est-ce que tu viens? Qu’est-ce que tu fais dans la vie? Quelles sont tes passions?

Hello! Je m’appelle May et je suis originaire du sud-ouest de la France. J’ai toujours vécu dans un petit village proche de Toulouse jusqu’à mes 18 ans, et après, on peut dire que j’ai eu la bougeotte, j’ai enchaîné des études en Corrèze, puis à Bordeaux, et finalement j’ai terminé dans le Limousin.

Dans la vie je travaille dans le domaine des Ressources Humaines. J’occupais déjà des emplois similaires en France et depuis que je suis sur Montréal, je suis recruteur pour une agence de placement.

Mes passions sont assez variées, je suis un peu geek, donc j’aime la programmation, les jeux vidéos, et lire des mangas ou des romans. Je dessine beaucoup également. Une de mes activités favorites hors covid était de découvrir des bars/restaurants sympas. J’adorais arpenter les rues à la recherche des bonnes adresses! Sinon, depuis peu, je me suis découvert un attrait pour la photographie.

Avant de t’expatrier au Canada, as-tu déjà vécu d’autres expatriations? Si oui, lesquelles? Et que penses-tu de l’expatriation en règle générale?

Le Canada est ma seule expatriation à date. 

Je dirais que l’expatriation, de manière générale, c’est un gros challenge qu’on s’impose à soi-même : on quitte un environnement que l’on connait depuis l’enfance pour l’inconnu. Parfois, on peut y trouver la même qualité de vie qu’on a laissée derrière, et parfois non. C’est vraiment super pour apprendre à se connaître, pour élargir sa zone de confort, pour l’expérience humaine et sociale aussi : l’expatriation permet de faire plein de rencontres! 

De mon point de vue, c’est clairement la meilleure décision de ma vie.

Pourquoi as-tu fait le choix de venir vivre au Canada?

J’ai toujours eu dans l’idée de m’expatrier un jour, c’était sur ma liste. A la base, la Grande-Bretagne me semblait être le pays parfait pour mon projet. Puis un soir, durant un apéro, plusieurs amis à moi commençaient à parler de leur projet d’expatriation au Canada, par curiosité je me suis renseignée, et je me suis finalement décidée à faire mes démarches. L’ironie de l’histoire, c’est que finalement, je suis la seule à être partie! 

Pourquoi avoir choisi la ville de Montréal? Y a-t-il d’autres villes canadiennes dans lesquelles tu aimerais habiter?

J’ai choisi Montréal car il me semblait que c’était la destination facile pour une petite Française fraîchement débarquée. Il y avait un énooorme choix de colocations, beaucoup de Français, la ville était relativement jeune, bien desservit par les transports, il y avait beaucoup de jobs, la ville parlait français… il m’a semblé que c’était le choix le plus simple à faire dans mon cas. 

Oui, à vrai dire, il y a un tas de villes dans lesquelles j’aimerais habiter! Je pense que si je devais déménager, je privilégierais une ville anglophone, car à la base j’espérais profiter de mon expérience pour m’améliorer en anglais. Si je devais bouger maintenant, je pense choisir Ottawa, ou Kingston.   

Avec quel visa es-tu venue et depuis quand? As-tu trouvé que les démarches étaient compliquées?

Je suis arrivée à Montréal en décembre 2018 avec un Permis Vacances-Travail (PVT). Oui, les démarches étaient assez compliquées. En fait, comme c’est un sujet très technique, le plus difficile était de trouver les bonnes ressources d’informations au sujet des procédures et du fonctionnement du système EIC

De mon côté, je m’estime chanceuse car j’ai reçu une invitation à présenter mon PVT trois mois après avoir patienté dans le bassin des candidats.

Que tu sois venue seule, en couple, en famille,… as-tu réussi à te socialiser facilement avec des Québécois ou avec d’autres expatriés? Est-ce que tu trouves ça difficile?

Oui c’est très difficile, ça reste et ça restera l’axe d’amélioration de mon expatriation. J’ai réussi à socialiser avec des Québécois, notamment en soirée, mais ce ne sont pas des amis, tout au plus des connaissances. J’imagine qu’il n’y a pas forcément d’intérêt de leur point de vue à mettre l’énergie nécessaire pour créer une vraie relation avec quelqu’un qui n’a que deux ans de permis sur le territoire.

Avec les Français expatriés, on s’entend que c’est beaucoup plus facile : les liens se font très facilement, le souci qui se pose c’est que bien souvent, une large majorité de Français viennent ici pour découvrir le Canada un ou deux ans, puis ils repartent. Avec le covid, c’est d’autant pire : beaucoup de Français sont repartis et mon cercle social s’en est trouvé grandement réduit. Depuis peu, j’ai vu une variante aussi : il m’est arrivé de rencontrer des expatriés français qui souhaitaient faire de nouvelles rencontres, mais uniquement avec des personnes qui comptaient rester au Québec. En clair, ils avaient fini par être lassés des retours en France de leurs amis, donc ils ne concédaient t’accorder de l’intérêt uniquement s’ils sentaient que tu souhaitais t’installer définitivement. 

Bref, c’est très compliqué, mais je ne baisse pas les bras! Heureusement pour moi, Instagram m’a permis de rencontrer de belles personnes aussi.

Quelles sont les choses que tu aimes le plus et le moins dans la vie ici? Y a-t-il des choses qui te manquent?

Je vais commencer par ce que j’aime le moins : 

  • La glace sur les trottoirs le matin! (une grande maladroite comme moi n’arrive toujours pas à s’y faire même après 2 ans 😂) 
  • Le système de santé franchement pas fiable et le peu de professionnalisme de l’ensemble du corps médical
  • Le fait de payer ses taxes deux fois
  • Le consumérisme poussé à son extrême

Ce que j’aime le plus : 

  • Des administrations efficaces! Si tu demandes un document ou des renseignements, tu peux l’obtenir assez rapidement
  • Le fait de profiter de chaque période de l’année. Beaucoup de choses sont organisées pour profiter de l’hiver : des pistes de ski, de patins à glace, des glissades sur pneumatiques, du Ski-Doo… et c’est la même chose en été : la ville de Montréal propose de nombreux festivals, concerts, activités diverses…
  • Thanksgiving, Halloween, Noël sont de vraies fêtes ici! Les gens y mettent les efforts
  • Me sentir relativement en sécurité même si je rentre tard le soir

Les choses qui me manquent : 

  • Ma famille et mes amis restés en France
  • La bonne nourriture française
  • L’accent du sud-ouest de la France

Si tu devais garder un souvenir, une expérience que tu as vécue depuis que tu habites ici, lequel serait-il?

Le spectacle Allégria du Cirque du Soleil. J’étais allée le voir en juillet 2019, c’était magnifique, ça reste un de mes meilleurs souvenirs.

Comptes-tu rester au Canada par la suite ? Quels sont tes projets à venir ?

Oui, je compte rester au Canada pour la suite. Je suis en train de réfléchir à plusieurs options pouvant me permettre de rester sur le territoire. A l’heure d’aujourd’hui, mon PVT s’est terminé et je suis en permis fermé avec mon employeur. Ce qui me laisse encore deux ans pour profiter du Canada!

Enfin, si tu devais donner un ou plusieurs conseils à une personne qui souhaite s’expatrier, qu’est-ce que tu lui dirais?

De se jeter à l’eau! Même si tu es tout seul, et que tu n’as personne pour t’accompagner : c’est vraiment une expérience qu’il faut vivre. Cela dit, dans les premiers temps, mets-toi dans une collocation, ça aide vraiment à ne pas se sentir seul et ça peut même t’aider à réseauter.

Dis oui à toutes les soirées/évènements que l’on te propose : tu pourrais faire de belles rencontres qui auront un impact décisif sur ta vie future. Ne te bloque pas par la peur : c’est plus facile à dire qu’à faire, mais vraiment, ose te lancer des défis et les relever, tu pourrais être surpris(e) de voir ce que tu es capable d’accomplir.

Je remercie May d’avoir accepté de nous raconter son expérience, je trouve ça super intéressant d’en découvrir davantage sur elle et sur son parcours. J’espère que vous avez apprécié apprendre à la connaitre, et je vous invite encore une fois à aller jeter un oeil sur ses réseaux pour continuer à suivre ses aventures au quotidien.

Pour finir, si tu es expatrié(e) au Canada et que tu souhaites être mon ou ma prochain(e) invité(e), n’hésites pas à m’envoyer un petit message, je serais ravie de partager ton expérience. Sinon, tu peux aussi cliquer ici pour lire davantage de témoignages.

On se retrouve la semaine prochaine dans un nouvel article, en attendant prenez soin de vous!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s